Eaux et forêts à Montmorency !

France Info jeudi 3 Juin – 19h20 Le Louvre sera fermé vendredi afin d’évacuer les œuvres en réserve, annonce le musée, jeudi 2 juin. Météo France maintient le département de Seine-et-Marne en vigilance rouge aux crues et aux inondations. Douze autres départements de l’Ile-de-France et du Centre-Val de Loire sont en alerte orange : …Val-d’Oise. »

clip_image002

 Et si la ville de Montmorency était inondée demain ?

Les malheureuses inondations du Loiret et de l’Essonne nous donnent l’occasion de réfléchir à la possibilité de risques similaires à Montmorency.

On le sait, ce qui sauve encore aujourd’hui notre commune d’un urbanisme sauvage comme on peut le voir ailleurs dans le département, c’est sa géographie : forêt domaniale, coteaux boisés, topographie tourmentée réussissent encore à la préserver des appétits insatiables des constructeurs de tout poil et de politiciens sans vue.

Mais aussi – et c’est heureux même s’il faut compatir aux malheurs des Loirétains et Essonniens – des inondations. Si la Collégiale, du haut de son promontoire, peut craindre que ses soutènements déboisés ne l’emportent, elle n’est pas prête d’avoir les pieds dans l’eau !

Cependant, la pluie en excès présente d’autres dangers que celui de l’élévation du niveau des eaux, et des dangers tout aussi réels : ravinement, torrent de boue et d’embâcles, affouillement, débordement, engorgement des réseaux, tous risques dus en général à de grosses précipitations comme nous les connaissons aujourd’hui, alliées à de fortes pentes.cecil_lake

Or, ce qui empêche jusqu’à présent cela, ce sont deux choses :

  • un sol perméable permettant aux eaux de s’infiltrer et
  • un fort boisement qui retient les terres,

deux choses précisément mises en péril par un urbanisme sans envergure, goinfre et indifférent à l’avenir.

Méthodiquement, inexorablement, les conditions sont créées pour fragiliser jour après jour un métabolisme urbain qui est notre meilleure assurance-vie en même temps que notre cadre de vie.

Ainsi, sur le plateau des Champeaux, toutes ces opérations immobilières disproportionnées, entraînant circulation et parking automobile, champs de bitume, terrasses dallées contribuent massivement à la construction d’un environnement de béton imperméable, déracinements d’arbres, fragilisation des sols et des nappes (déjà contrariées par les mines de calcaires), tout cet univers en dur avant que de se transformer en boue.

Octavio Paz (1) disait de l’architecture qu’elle était le signe incorruptible de la mémoire, on pourrait dire que celle des Champeaux sera le signe de ceux qui par idéologie et relativisme auront construit les conditions d’une catastrophe écologique que ne nous envieront pas les Loirétains et Essonniens.

DSC_0274

 

(1) Octavio Paz, 1914 / 1998 est un poète, essayiste et diplomate mexicain, lauréat du prix Nobel de littérature en 1990.
Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Cadre de vie, Urbanisme environnement, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s